Le trail des grisemottes : mon récit de course

Ce trail est un vrai régal pour moi qui est un finisseur. Ces 12 km de longueur sont un plaisir pour apprendre à travailler mes finitions lors des trails long. En plus, ce trail se déroule dans un espace magnifique avec un mont exceptionnel qu’est le Mont Brouilly. Je n’hésite pas donc à me lancer dans cette nouvelle aventure.

12 Km est assez court pour un amoureux du trail. Il faut se montrer fort et surtout ne pas laisser le temps filé. Dans cette situation, il est important d’y aller vite et bien. Pour commencer, je me prépare en échauffant mes muscles histoire de ne pas être surpris. Une fois que j’ai fini cette phase préparatoire, je m’assure de rester chaud au moment de commencer la course.

Le trail commence à 10 heures et dès le début du parcours, je profite de la descente pour lâcher les chevaux. Cette heure a permis à de nombreux participants d’être au rendez-vous, nous sommes ainsi pas moins de 250. Je me retrouve rapidement dans le cœur de la course. À partir du château de Chevers, je me lance à l’assaut des charrois. Cette partie localisée au flanc de la colline me permet de courir tout en économisant un peu de force.

Très rapidement, j’attaque le Col de Brouilly et je profite des forces que j’ai pu garder pour arracher des places aux autres concurrents. Les descentes me permettent de reprendre du poil de la bête et de profiter de moments uniques. En attaquant le pied du Mont Brouilly au bout de 30 min, la chaleur monte et je me félicite d’avoir pris de quoi renouveler mes forces.

Je trouve ainsi de l’énergie pour augmenter ma vitesse au moment de la montée. Les zigzags que je fais entre les vignes me permettent de me ressourcer. J’atteins le sommet de montagne en 49 minutes. J’en profite pour faire une mini pause à la station de ravitaillement.

Le groupe de musique qui distille une magnifique symphonie me berce. Avec cet air entêtant dans la tête, je file et je dépasse de nouveaux concurrents. Cette phase bien que technique me ramène au Col de Brouilly et je me dis mentalement qu’il ne reste plus que 2 km à parcourir. Je puise de nouvelles ressources pour foncer et en apercevant la dernière montée, je me rends compte que je peux réussir mon pari. Malgré un début de montée raide, je tiens bon et je me rapproche de la ligne d’arrivée.

Je finis ces 12 km en 1heures et 20 minutes, je termine à la 167e position, et je remporte une belle bouteille de Beaujolais. Pour un sprinteur, mes résultats me déçoivent un peu, mais je profite de l’instant. Je suis ravi de l’expérience que j’ai acquise sur le terrain. Je reviendrais certainement pour voir si j’ai évolué et profité de mes erreurs. Le seul regret réside surement dans la longueur du trail que j’aurais aimé plus long pour profiter encore plus du paysage et repousser mes limites.